Le Courrier des Balkans

Jasmina Prolic : Danser entre les deux rives

|

Lorsque Jasmina Prolic débarque à Paris en juillet 1993 pour passer l’audition du Conservatoire National Supérieur de Musique et de danse, la guerre ravage sa ville natale de Sarajevo depuis un an et demi. Jeune danseuse au ballet national, déjà auréolée de plusieurs prix en Yougoslavie, elle quitte in extremis Sarajevo en avril 1992 pour se réfugier à Zagreb. Elle a alors 15 ans et demi.

Par Anne Madelain Quand elle évoque aujourd’hui ces temps troublés, Jasmina Prolic considère qu’elle a eu beaucoup de chance : chance que Dubravka Zrncic, dramaturge bosniaque retrouvée à Zagreb, la pousse à tenter une audition à Paris, puis qu’un ami de cette dernière, metteur en scène récemment arrivé de Belgrade dans la capitale française, l’aide à concrétiser son rêve : étudier la danse à Paris. Elle qui avait grandi dans une culture qui ignore la danse contemporaine, intègre finalement le très prestigieux conservatoire parisien, justement en classe de contemporain. Seule ex-yougoslave de l’école, elle décroche presque par miracle une bourse. Au bout de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous