Danas

Interdiction de la Gay Pride de Belgrade : le gouvernement serbe a capitulé face aux hooligans

| |

La deuxième Marche des Fiertés de Belgrade a été interdite par la police - officiellement pour des raisons de sécurité, ce qui n’est qu’un « alibi », selon Goran Miletić, membre du Conseil d’organisation de la Marche. L’interdiction de la Gay Pride représente une véritable capitulation de l’État de droit face aux menaces des hooligans et de l’extrême droite. Entretien.

Propos recueillis par Snežana Čongradin Alors que l’interdiction de tous les rassemblements prévus ce week-end - la Gay Pride et les contre-manifestations d’extrême droite - n’était pas encore confirmée au moment de l’entretien, Goran Miletić voulait rester optimiste, en pensant que la Marche serait maintenue malgré tout. « Tout le monde sait qu’il n’y a pas de fondement légal à son interdiction, et que le prétexte de la sécurité n’est qu’un vulgaire alibi »... Danas (D.) : En 2009, la Marche des Fiertés avait déjà été interdite. Quelques jours plus tôt, des hooligans avaient mortellement frappé le ressortissant français Brice Taton. Quelle (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous