Karavan

Intégration européenne : et si la Bulgarie s’intéressait enfin à ses voisins ?

| |

L’absence d’une politique indépendante extérieure depuis quasiment cinq décennies n’a pas préparé la Bulgarie à faire face aux changements survenus dans les Balkans. Il serait temps que le pays apprenne à assumer ses responsabilités, et établisse des relations saines avec ses voisins post-yougoslaves.

Par Ljuco Neskov Tout ce qui s’est passé à l’ouest de notre pays est encore inexplicable et incompréhensible pour la plupart de la population et de la classe politique, qui interprète d’une manière complètement erronée les événements survenus en ex-Yougoslavie depuis la Deuxième guerre mondiale. Pendant sept à huit ans, les dirigeants de Sofia ont entrepris des actions politiques suicidaires, en limitant leurs contacts avec les États indépendants nouvellement créés et, à un moment, en soutenant le régime dictatorial de Slobodan Milosevic. Certains d’entre eux, consciemment ou non, ont permis le financement de ce régime pendant l’embargo. Et si le Premier (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous