RSE

Impossible neutralité : la Serbie hésite plus que jamais entre la Russie et l’Union européenne

| |

Tiraillée de longue date entre l’UE et la Russie, la Serbie d’Aleksandar Vučić se trouve aujourd’hui dans une impasse. La crise ukrainienne replonge le monde dans une ambiance de guerre froide, et Belgrade va devoir choisir quelle orientation donner à sa politique étrangère. Sans oublier la troisième voie : le Mouvement des non-alignés, dont elle reste l’un des piliers. Points de vue.

Omer Karabeg (RSE) : La crise en Ukraine est-elle une épreuve pour la politique serbe de neutralité militaire ? Filip Ejdus (F. E.) : La politique de neutralité en Serbie a été programmée par Vojislav Koštunica. Or, depuis l’annexion de la Crimée par la Russie, la Serbie est confrontée à un choix politique difficile. Une solution était de rejoindre les pays européens dans la condamnation de l’agression menée par la Russie, son partenaire stratégique, et de soutenir l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Retrouvez notre dossier : Crise en Ukraine : le spectre de la guerre inquiète les Balkans Cette attitude aurait prouvé la détermination de Belgrade (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous