Osservatorio Balcani E Caucaso

Homosexualités : Belgrade, capitale de la « Queeroslavie »

| |

En Serbie, l’homosexualité n’est plus considérée comme un délit depuis 1994, mais près de 20 ans plus tard, elle n’est toujours pas acceptée par la majorité de la population. Les violents affrontements qui émaillent chaque Gay Pride en témoignent, comme les faibles condamnations dont font l’objet les agresseurs. Pourtant, tout un mouvement queer s’est organisé à Belgrade pour faire évoluer la société, dépasser le modèle hétéro normé et lutter contre toutes les formes de discriminations.

Par Irene Dioli En 1994, l’homosexualité masculine a été dépénalisée en Serbie (l’homosexualité féminine, non perçue comme un problème, n’était pas considérée par les textes). Pourtant, 7 ans plus tard, en 2001, la première tentative d’expression collective queer, l’organisation d’une marche des fiertés LGBTI, a fait l’objet d’un déchaînement de la part de contre-manifestants - des extrémistes religieux et des nationalistes -, qui lui a valu le triste nom de « Massacre Pride » ; ceci sous l’œil indifférent des forces de l’ordre. En effet, abroger une loi n’a pas pour effet immédiat de modifier les représentations : l’homosexualité a beau ne plus être (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous