Ethnos

Grèce : un « coup d’État » contre le service public de radiotélévision

| |

Le gouvernement grec a brutalement ordonné mardi soir la fermeture de la radiotélévision publique grecque ERT. 2600 personnes vont être licenciées. Depuis mardi soir, une foule nombreuse est rassemblée au siège de la chaîne à Athènes, et la Grèce sera ce jeudi en grève générale. SYRIZA parle d’un « coup d’Etat » et les partis de centre-gauche se désolidarisent du gouvernement.

Pour tenter de justifier cette action, le porte-parole du gouvernement a déclaré qu’ERT était « un cas unique d’opacité et de gaspillage » qui coûtait de trois à sept fois plus cher que les autres chaînes et employait quatre à six fois plus de personnel « pour une très faible audience ». Retrouvez notre dossier : Crise et austérité en Grèce : une histoire sans fin ? Il a dressé un portrait très noir du fonctionnement de la chaîne : « Dans cette entreprise, il y a six services comptables qui ne communiquent pas entre eux », où prévaut « un régime d’opacité dans la gestion des contrats, et un statut privilégié pour les employés. » Il a parlé du « coût (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous