Le Courrier des Balkans

Grèce : supprimer un quart des universités pour « améliorer l’enseignement »

|

Jeudi 28 mars, le Parlement grec a voté un amendement qui ouvre la voie à l’adoption définitive de la Réforme Athina. Présenté début mars par le gouvernement, ce plan qui vise à « rationaliser et améliorer l’enseignement » prévoit la suppression d’un quart des établissements du supérieur. Étudiants, professeurs et élus locaux sont vent debout contre une réforme qui divise profondément le pays.

Par Laurelou Piguet (Avec Avgi, To Vima, AFP et Le Petit Journal) - Un amendement devant faciliter la procédure d’adoption du plan Athina a été finalement voté jeudi 28 mars par 148 voix pour, la plupart issues des rangs de Nouvelle-Démocratie et du Pasok et 125 voix contre, faisant apparaître des fissures au sein du gouvernement sur la question de la réforme universitaire. Le parti parti de la Gauche démocratique (Dimar) a vivement critiqué cette restructuration « qui n’a pas de logique académique et qui crée plusieurs problèmes aux universités et aux étudiants ». Présenté le 6 mars devant le Parlement sous forme de décret présidentiel, le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous