Ta Nea

Grèce : quand une directrice d’école primaire se retrouve devant les tribunaux

| |

Une affaire peu banale vient d’éclabousser le ministère de l’Éducation nationale et des Cultes en Grèce. Sur l’initiative de la directrice-enseignante de l’école primaire n°132 de Grava, Stella Protonotariou, et de son équipe, des élèves migrants et leurs parents ont pu bénéficier de cours de langues gratuits afin de compenser leur retard et de s’intégrer plus facilement dans la société grecque. Elle avait réussi à faire de son école un modèle d’éducation multiculturelle : cela lui a coûté son poste et valu une mutation.

Par Christos Katsikas Incroyable mais vrai. Mardi 16 juin 2009, devant le Tribunal correctionnel d’Athènes, s’est ouvert le procès d’une enseignante lumineuse, Stella Protonotariou, ancienne directrice de l’école primaire n°132 de Grava, au nord d’Athènes, poursuivie pour des actions menées au sein de l’école, en accord avec l’équipe enseignante. Selon son avocat, ces actions ont eu pour résultat de « créer dans l’école une atmosphère favorable au respect d’autrui, au travail d’équipe au sein de la communauté scolaire, ce qui est plus que souhaitable pour le bon fonctionnement des équipes enseignantes et la réalisation des buts pédagogiques ». Mais, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous