Kathimerini

Grèce : pots de vin et scandales politiques en pagaille

| |

La Grèce est à nouveau remuée par des scandales politiques et financiers. L’ancien ministre Tassos Mantélis du gouvernement Pasok mené par le Premier ministre Kostas Simitis, a avoué devant une commission d’enquête parlementaire avoir touché de l’entreprise Siemens 425.000 marks à titre de « subvention électorale ». D’autres ministres du Pasok seraient également impliqués dans différentes affaires de pot de vin pour un montant de « 10 millions de marks ». Des révélations qui ébranlent l’ensemble du monde politique grec.

L’affaire Mantélis/Siemens Cela a fortement remué la scène politique, en premier lieu au sein du Pasok. L’ex-ministre a accompagné cet aveu d’allusions sur des ministres avec lesquels il a travaillé (visiblement entre 1998 et 2000) et qui auraient également bénéficié des caisses noires de l’entreprise allemande Siemens. Tassos Mantélis, qui se trouvait récemment en Azerbaïdjan pour donner des leçons sur les institutions démocratiques, a insisté sur le fait qu’il a reçu cet argent à titre de parrainage en vue des élections législatives de 2000 pour lesquelles il était candidat dans une circonscription d’Athènes. Dans ce cas, il aurait commis un délit fiscal et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous