I Avgi

Grèce : les travailleurs albanais, victimes collatérales de la crise

| |

De nombreux immigrés albanais, ne trouvant plus de travail en Grèce et sans espoir d’une amélioration rapide de la situation, rentrent au pays. Certains ne considèrent pas leur retour comme définitif et, dans la mesure où ils sont détenteurs d’un permis de séjour longue durée en Grèce, font les allers et retours entre les deux pays. Ceux qui, au contraire, sont en situation irrégulière et n’ont pas d’autres obligations familiales qui les retiennent, voient désormais l’Albanie comme leur prochaine destination.

Chaque jour, les postes-frontière de Kakavia, Krystallopigi, Mavromati, au nord-ouest de la Grèce, mais aussi de Corfou, voient davantage de gens quitter la Grèce qu’y entrer. Les temps ont changé. Ligor Papa, de Premeti, après 13 ans passés en Grèce, est rentré il y a quelques jours. « C’était une perte de temps de rester là-bas plus longtemps. Les trois derniers mois, je n’ai pas eu de salaire. Je travaillais dans le bâtiment, mais je ne trouvais plus de travail nulle part. Je vais voir si je peux trouver quelque chose ici. Heureusement, comme j’ai un permis de séjour longue durée en Grèce, je peux y retourner si les choses s’arrangent. Mais je n’y (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous