Osservatorio Balcani e Caucaso

Grèce : les Pomaks de Thrace occidentale, une minorité en recherche d’identité

| |

« Minorité dans la minorité », les Pomaks de Grèce ont du mal à définir leur identité spécifique au sein de la minorité « turque ». Durant longtemps, leur région était une zone interdite d’accès, mais les liens se retissent peu à peu avec la Bulgarie voisine. Tanya Mangalakova nous emmène en voyage à travers les villages pomaks de Thrace occidentale, à la rencontre d’une communauté peu connue, celle des Musulmans slaves de Grèce.

Par Tanya Mangalakova « A Skecha, nous sommes ’nashi’, et nous parlons en pomak ». J’ai connu Husnia dans le bus qui de la ville de Xanthi, chef-lieu de la préfecture homonyme de la Thrace Occidentale, en Grèce, une région étroite entre la Mer Egée et les monts Rodopi, nous amène aux portes de son pays natal, Thermes. Husnia rentre chez elle pour la fête d’Ederles, le 6 mai, qui signe la fin de l’hiver et le début de la belle saison. C’est justement dans la localité thermale de Thermes (Ladzha pour les habitants musulmans locaux), à quelque 10 km de la frontière avec la Bulgarie, que se tient une des plus grandes fêtes organisées à cette occasion. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous