Le Courrier des Balkans

Grèce : les communistes du KKE écartent toute alliance avec Syriza

| |

Syriza caracole toujours en tête des sondages mais, si elle n’obtient pas la majorité absolue, elle ne doit pas compter sur un soutien venant de sa gauche. Le Parti communiste grec (KKE), relativement marginalisé par les nouveaux mouvements sociaux mais toujours puissants dans les syndicats, exclut toute alliance avec les « opportunistes » d’Alexis Tsipras... Entre les deux frères ennemis de la gauche radicale grecque, l’heure n’est toujours pas à l’apaisement.

Par Ermal Bubullima S’il y a un parti politique qui devait récolter les fruits de la crise économique et sociale qui sévit en Grèce depuis plus de cinq ans, c’est bien le Parti communiste grec (KKE). Avec sa ligne radicalement hostile aux politiques néolibérales de l’UE, le plus vieux parti politique du pays, fondé en 1918, devrait être en tête des sondages. Retrouvez notre dossier : Législatives anticipées en Grèce : Syriza aux portes du pouvoir Or, tout au contraire, depuis les débuts de la crise, le KKE est sur la défensive et défend une ligne intransigeante de non-coopération avec les « réformistes et les opportunistes » de Syriza. Alors (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous