Dnevnik et Utrinski Vesnik

Grèce : le « paradis perdu » des travailleurs saisonniers

| | |

Pour travailler dans leurs vergers, les agriculteurs grecs embauchent depuis des années des saisonniers venus d’Albanie et de Macédoine. Mais depuis le début de la crise économique, la production a ralenti et les migrants préfèrent tenter leur chance en Europe occidentale.

Par Zana M. Bozinovska Ni les menaces, ni les lourdes amendes, ni les fréquents contrôles n’empêchent les propriétaires des vergers du nord de la Grèce d’embaucher au noir des saisonniers venant des pays voisins. Ces propriétaires expliquent que respecter les réglementations équivaut à fermer leur entreprise, en raison de la hausse des charges que doivent payer les employeurs pour les saisonniers étrangers. Les agriculteurs que nous avons contactés ont souhaité garder l’anonymat. Ils déclarent la plupart du temps embaucher des Albanais et des Macédoniens. « Les saisonniers restent au plus trois mois. Ils gagnent de 15 à 25 euros par jour en (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous