Le Courrier des Balkans

Grèce : le gouvernement et la police cognent sur les étudiants

| |

Les violences policières se poursuivent en Grève. Les forces anti-émeutes ont violemment réprimé une manifestation pacifique d’étudiants, blessant au moins 40 élèves. Le gouvernement a pris des mesures sécuritaires exceptionnelles pour l’anniversaire du soulèvement étudiant du 17 novembre 1973, contre la junte des colonels.

Par Ermal Bubullima Depuis plus d’un mois, l’université grecque est sous haute tension. Les conseils étudiants ont violemment réagi à la volonté du recteur de l’université d’Athènes, Theodore Fortsakis, d’engager des compagnies de sécurité privées pour contrôler les entrées des bâtiments universitaires. Sa décision de fermer les portes des facultés de droit et d’économie « pour des raisons de sécurité », juste avant les manifestations commémorant le soulèvement étudiant du 17 novembre contre la junte des colonels, a jeté de l’huile sur le feu. Et la situation est en train de dégénérer rapidement. Jeudi 13 novembre, des étudiants ont essayé de pénétrer (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous