Osservatorio Balcani e Caucaso

Grèce : la crise ravive les blessures du passé avec l’Allemagne

| |

Depuis les débuts de la crise grecque fin 2009, les tensions sont fortes entre Athènes et Berlin. Mais la crise a aussi ravivé les blessures du passé, comme à Distomo, bourgade de Béotie occidentale qui fut le théâtre en 1944 de l’un des pires massacre nazis dans la Grèce occupée. Le reportage de l’Osservatorio sui Balcani e Caucaso.

Par Francesco Martino D’un côté, le paysage lunaire, rocailleux et dépouillé du mont Parnasse. De l’autre, en contrebas et au fond de la route tortueuse qui descend sous la canicule estivale, le bleu cobalt du golfe de Corinthe, immobile, silencieux, scintillant. Nous sommes à Distomo, dans cette Grèce cachée, et pourtant proche d’Athènes. C’est ici qu’il faut venir pour découvrir les vieilles cicatrices de l’Histoire, des fractures jamais guéries que la crise a ravivées. Retrouvez notre dossier : Crise en Grèce : une histoire sans fin ? « La Grèce a des milliers de raisons d’être jugée pour ses erreurs. L’erreur de Merkel, en revanche, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous