Ta Nea

Grèce : des centres de rétention pour faire face à l’afflux des migrants

| |

La Grèce fait face à un afflux de migrants clandestins qui tentent de rejoindre l’Europe occidentale. Des milliers de personnes squattent dans des conditions très précaires. La police arrête les clandestins, mais les rares centres de rétention débordent et les expulsions sont délicates à mener. La police grecque rêve donc de récupérer des terrains désaffectés pour construire de nouveaux centres, ce qui ne fait généralement pas le bonheur des riverains.

Par Stélios Vradélis et Panos Théodorakopoulos Le ministère de l’Intérieur grec est actuellement en négociation avec la société de gestion des biens publics afin que soit cédé à la police un terrain de 100.000 mètres carrés qui abritait anciennement une base militaire de l’Otan. Il s’agit d’un terrain initialement cédé pour les besoins de l’organisation des Jeux Olympiques de 2004, plus précisément pour servir de « lieu d’accueil » à des toxicomanes, des sans-logis et plus généralement à tous ceux qui « ternissaient » l’image d’Athènes. Le domaine comprend un certain nombre de bâtiments qui, selon les calculs du ministère, pourraient permettre (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous