To Vima

Grèce : ces minorités nationales qui n’ont toujours pas droit de cité

| |

La querelle du nom de la Macédoine a rouvert le dossier des minorités nationales en Grèce. Athènes ne reconnaît officiellement qu’une minorité confessionnelle, les musulmans de Thrace, mais le gouvernement grec est de plus en plus souvent dénoncé pour son refus de ratifier les conventions européennes en la matière. Récemment, une experte des Nations Unies est allée rencontrer les Macédoniens de la région de Florina, suscitant de vives réactions politiques en Grèce.

Par Angelos Athanasopoulos Le Président macédonien Branko Crvenkovski a qualifié de positive la dernière série d’idées formulées par le médiateur spécial de l’ONU. « Je peux dire que, globalement, il y a dans la dernière proposition de M. Nimitz une prise en compte de certaines positions de principe formulées par la République de Macédoine », a-t-il souligné. De cette façon, Branko Crvenkovski met assez clairement la pression sur Athènes laquelle, selon les informations actuellement disponibles, désapprouve certains points essentiels des idées formulées à New York, en particulier ceux qui font référence à « l’identité et à la langue macédonienne (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous