Grèce : Athènes joue la politique du pire pour décourager les réfugiés

| |

Le gouvernement Mitsotákis est prêt à tout pour tenter de dissuader les réfugiés de rejoindre la Grèce. Après, l’incendie du camp de Moria, le 9 septembre dernier, il a décidé de fermer les centres PIKPA et Kara Tepe, qui accueillent des demandeurs d’asile vulnérables sur l’île de Lesbos. Une manière de flatter l’électorat d’extrême droite.

Par Marina Rafenberg Malgré les incendies qui ont ravagé le camp de Moria début septembre, le gouvernement du Premier ministre conservateur Kyriákos Mitsotákis poursuit le durcissement de sa politique d’accueil des réfugiés. Sur décision des autorités, le centre PIKPA devra ainsi fermer ses portes le 15 octobre. Depuis sa création en 2012, PIKPA a accueilli plus de 30 000 réfugiés, essentiellement des femmes seules avec des enfants, des personnes à mobilité réduite, des membres de la communauté LGBT et des mineurs non accompagnés. La mairie de Lesbos avait demandé au gouvernement de prendre des mesures face à l’hostilité des hôteliers et des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous