La question est simple, la réponse ne l’est pas

Grèce, référendum J-5 : qui a peur de quoi ?

| |

A cinq jours du référendum, la société grecque est plus divisée que jamais. Il y a ceux qui redoutent une sortie de la zone euro, voire de l’UE, et ceux qui pensent qu’il est temps de dire stop aux diktats des créanciers... En fait, pour la plupart des Grecs, la question est simple, même si la réponse ne l’est pas : qu’est-ce qui sera le pire ? Toujours plus d’austérité ou un saut vers l’inconnu ?

Par Pavlos Kapantais https://www.facebook.com/soutienaugouvernementgrec?fref=ts " /> Il est presque deux heures du matin à Neos Kosmos, quartier populaire du centre d’Athènes, à un kilomètre de l’Acropole. Devant la banque du Pirée, deux jeunes Grecs, Nikos et Kostas, essaient de retirer de l’argent au distributeur. A cour de liquidités, la machine refuse. Nikos se met à rire tandis que Kostas le regarde avec un regard noir. Cela ne l’amuse pas du tout. Nikos n’a pas peur d’un retour à la drachme : « les Européens n’oseront pas. Si la zone euro commence à lâcher ses membres les plus faibles, il y aura un effet boule de neige qui détruira tout (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous