Vijesti

Général Divjak : "Milosevic devra accepter les conditions de l’OTAN"

| |

Jovan Divjak, général de l’Armée de Bosnie -Herzégovine dont
il a été l’un des créateurs, s’était mis, dès le début de la guerre, du
côté des victimes et du pouvoir légal bosniaque bien qu’il ait été
officier supérieur de l’Armée populaire yougoslave (JNA). Grâce a cet
acte, il est devenu un des hommes les plus populaires de
Bosnie-Herzégovine.

VIJESTI : Quelle analyse faites-vous du rôle de l’UCK ? J.DIVJAK : Je n’ai pas suffisamment d’informations sur l’UCK, mais je peux vous parler de ce qui est arrivé en Bosnie-Herzégovine. Chaque armée doit avoir, avant tout, un commandement suprême organisé. Les Kosovars n’ont eu ni une orientation politique ferme, ni un pouvoir précisément défini, et par conséquent, ils n’ont pas réussi à constituer une force armée bien déterminée. Voila ce qui s’est passé au début de l’agression contre la Bosnie-Herzégovine. Le 6 avril 1992, la Bosnie était reconnu comme Etat, mais elle n’avait pas d’armée. L’armée s’est formée au cours de l’agression. Le gouvernement (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous