Birn

Future mission européenne au Kosovo : l’exigence de transparence

| |

L’Union européenne se prépare à prendre la relève des Nations Unies au Kosovo, mais elle doit tirer leçon des échecs accumulés par la MINUK : manque de dialogue, fonctionnement opaque et incohérent, irresponsabilité des décisions prises. Les Kosovars n’ont pas gardé un bon souvenir de la mission onusienne : l’Europe fera-t-elle mieux ?

Par Fron Nahzi [1] D’ici quelques mois, l’Union européenne va prendre les rênes du pouvoir au Kosovo, après les Nations Unies qui ont administré la province depuis 1999. L’ONU avait espéré que ses habitants adopteraient et appliqueraient des principes de bon gouvernement, mais la MINUK a échoué à mettre en œuvre ces mêmes principes dans sa propre administration. Or, si la nouvelle autorité internationale tient à réussir, il lui faudra apprendre de l’expérience de l’ONU : Bruxelles devra par exemple prêcher par l’exemple et incarner ces beaux principes de bon gouvernement. En effet, sous le règne de l’ONU, le manque de clarté dans la délimitation des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous