Le Courrier des Balkans

Fin de South Stream : la Bulgarie se retrouve le bec (de gaz) dans l’eau

| |

En 2008, le Président bulgare avait parlé de « Grand Chelem » après la signature d’un contrat géant avec la Russie de Poutine. Il prévoyait la participation à South Stream et à l’oléoduc Bourgas-Alexandroupolis plus la construction d’une centrale nucléaire à Belene. Six ans plus, il n’en reste rien. Comment la Bulgarie a-t-elle tout perdu ?

Par Ivo Hristov (A-specto Magazine) « Les libérateurs se plaignent des libérés aux ex-colonisateurs ». Ce titre ironique de la presse turque résume admirablement l’intrigue triangulaire entre la Bulgarie, la Russie - qui a libéré la Bulgarie de l’Empire Ottoman en 1878 - et la Turquie. La raison en est l’abandon du projet de gazoduc South Stream, annoncé par le Président russe lors de sa visite à Ankara le 1er décembre. Si on en croit le quotidien turc Hürriyet, Vladimir Poutine s’est plaint à son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan de l’incapacité des politiques bulgares de se comporter en dirigeants d’un pays souverain. Retrouvez notre dossier : (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous