Monitor

Fin de l’affaire de trafic de femmes au Monténégro ?

| |

La fameuse affaire de trafic humain au Monténégro est formellement terminée. Le délai avant lequel le témoin clé, la citoyenne moldave S.C, avait le droit d’entamer une procédure juridique contre les personnes qui l’ont maltraitée, vient d’expirer. Du point de vue de la législation monténégrine, c’est la fin de l’incertitude, si caractéristique de cette affaire depuis le moment où le procureur Zoran Radonjic a renoncé au procès mené contre les quatre suspects : le procureur-adjoint de la République Zoran Piperovic, Bajram Orahovac, Irfan Kurpejovic et Ekrem Jasavic.

Par Petar Komnenic « Je ne m’attendais pas à ce que cette fille reprenne le rôle de nos organismes d’État qui ont démontré une impuissance absolue à affronter des cas aussi sérieux », a déclaré à la radio Free Europe Dragan Prelevic, ancien avocat de la Moldave, qui se trouve actuellement dans un pays tiers. D’autre part, Goran Rodic, l’avocat d’un des quatre suspects, a dit que S.C. avait renoncé au procès pour d’autres raisons, et que l’affaire était terminée dès le moment de son départ du Monténégro. « Je ne suis pas surpris du comportement de la moldave S.C. Elle sait très bien qu’il n’y avait pas d’explication ni de preuves pour beaucoup de choses qu’elle (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous