Les dernières infos • Réfugiés Balkans : le Parlement européen étrille la Croatie pour sa politique envers les réfugiés

| |

La « route des Balkans » est théoriquement fermée depuis mars 2016. Pourtant, des milliers de réfugiés continuent d’avancer sur les routes de la région, malgré les murs de barbelés et les frontières fermées. C’est aujourd’hui la Bosnie-Herzégovine qui s’impose comme une étape privilégiée pour tenter d’accéder à la Croatie et au territoire de l’UE. Retrouvez toutes nos infos en continu et en accès libre.

Cet article est accessible gratuitement pour une durée limitée. Pour accéder aux autres articles du Courrier des Balkans, abonnez-vous !

S'abonner

Par la rédaction

Le Parlement européen étrille la Croatie pour sa politique envers les réfugiés

14 janvier - 14h30 : Lors de sa séance plénière de ce mardi, en présence du Premier ministre Andrej Plenković, dont le pays assure la présidence du Conseil de l’Union, le Parlement européen a vivement critiqué la politique de la Croatie à l’égard des migrants et des réfugiés. « Il y a eu 10 000 expulsions illégales en 2018, et 25 000 l’an dernier », a dénoncé la députée Malin Björk (Gauche Unie européenne, Suède), qui s’est rendue sur le terrain. Ska Keller (Verts, Allemagne) a dénoncé les violences commises par la police croate, estimant qu’elles étaient « inacceptables de la part d’un pays membre de l’UE ». « Les frontières croates sont des frontières. Ce qui s’y passe relève de notre responsabilité à tous. Nous n’allons pas fermer les yeux », a ajouté la présidente du groupe des Verts au Parlement européen.

Andrej Plenković s’est défendu en assurant que son pays « respectait les lois », ajoutant que le problème tenait « au contrôle des frontières extérieures de l’Union, principalement entre la Grèce et la Turquie ».

Au moins douze morts dans un naufrage en Grèce

DR

11 janvier - 14h30 : Au moins douze migrants ont péri samedi dans le naufrage de leur bateau en mer Ionienne, rapportent les garde-côtes grecs. L’embarcation, qui transportait une cinquantaine de personnes, a coulé au large de l’île de Paxos, au sud de Corfou, alors qu’elle tentait probablement de gagner l’Italie.

Bosnie-Herzégovine : 80 passeurs de migrants condamnés en deux ans

9 janvier - 11h : En 2018 et 2019, la justice bosnienne a inculpé plus de 100 personnes pour trafic d’êtres humains. Sur les 60 jugements donnés par la Cour de Bosnie-Herzégovine au cours de ces deux années, près de 80 personnes ont été condamnées. Les sentences vont de la prison avec sursis à de la prison ferme, et des amendes.

La plupart des passeurs ont été arrêtés dans la région de Trebinje, dans le sud-est du pays. La majorité sont des citoyens bosniens. La plupart des passeurs étrangers sont des ressortissants de Serbie ou du Monténégro.

La Grèce établit sa liste de « pays surs »

3 janvier - 17h30 : Le gouvernement grec a rendu publique une liste de pays d’origine considérés comme étant « surs » et dont les ressortissants ne sont donc pas appelés à demander l’asile en Grèce, conformément à l’article 87 de la nouvelle loi sur l’asile de 2019. Il s’agit du Ghana, du Sénégal, du Togo, de la Gambie, du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de l’Albanie, de la Géorgie, de l’Ukraine, de l’Inde et de l’Arménie.

Alors que les réfugiés sont de plus en plus nombreux à arriver de Grèce ces derniers mois, le gouvernement conservateur entend pratiquer une politique « dissuasive ».