Budilnik

Faible écho pour la littérature bulgare à l’étranger

| |

Pourquoi la littérature contemporaine bulgare est-elle si méconnue ? Un point de vue sur l’écho de la littérature bulgare à l’étranger, avec la contribution de Konstantin Iliev, a propos de la mise en scène de la pièce de théâtre « Nirvana », à Londres. Certaines méprises viennent peut-être des Bulgares eux-mêmes...

Par Athanase Popov Dans l’ensemble, la littérature bulgare ne suscite pas un intérêt particulier chez les lecteurs étrangers en raison de plusieurs facteurs. En premier lieu, il faut souligner que les vrais bons écrivains bulgares ne sont pas si nombreux que nous le croyons. Et ce ne sont pas, non plus, ceux que nous étudions à l’école qui ont le plus de valeur ou d’intérêt. Le conservatisme dans les écoles secondaires, par exemple, ne permet guère de prêter une attention suffisante à l’œuvre de Zaharij Stojanov, ce prosateur et homme public de génie. Par contre, tout le monde lit Sous le joug et L’épopée des oubliés, ces fades œuvres d’Ivan Vazov. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous