Deutsche Welle

Extrême-droite et culture de la violence en Bulgarie : une anatomie de la haine

| |

Des slogans racistes omniprésents sur les murs des villes ou dans les stades de football, des mouvements extrémistes qui tiennent le haut du pavé, prêt à « casser » du Tzigane ou du musulman, à attaquer la Gay Pride : la Bulgarie n’est pas épargnée par ces phénomènes. Après la tragédie d’Oslo, ne serait-il pas temps d’en prendre la juste mesure ?

Par G. Papakopchev « Si cela peut arriver à Oslo, cela peut se produire partout » : c’est ainsi qu’un député a répondu à la question effrayée d’un journaliste, lui demandant si une tragédie comme celle provoquée par Anders Behring Breivik était possible en Bulgarie. Cette déclaration est intervenue au lendemain de la tragédie d’Oslo, et elle n’a pas contribué à calmer les craintes des Bulgares. En plus des agressions quotidiennes et de toutes les formes de criminalité qui sévissent dans le pays - petite délinquance, criminalité organisée, criminalité économique, etc - le pays pourrait aussi être frappé par des psychopathes mus par des idéologies. Même (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous