Explosion, espions, magouilles, manips et compagnie : bons baisers du Kosovo

|

Le 14 novembre 2008, une bombe explosait devant le siège du Haut représentant de l’Union européenne (ICO) à Pristina. Presque aussitôt, le Kosovo arrêtait des agents du BND, le renseignement allemand, vite relâchés... Retour sur un imbroglio qui a défrayé la chronique.

Par Danielle Renon « Les trois agents du BND ont quitté Pristina » - l’annonce officielle, le 29 novembre 2008, du rapatriement de trois hommes des services allemands de renseignement extérieurs (le BND, équivalent de la DGSE en France), a mis un terme, au moins provisoire, à un scandale qui avait pris en deux semaines l’ampleur d’une affaire d’État. Les faits peuvent se résumer ainsi : le 14 novembre, un attentat à la bombe non revendiqué endommage – soufflant les vitres du bâtiment sans faire de victimes - les locaux de l’International Civilian Office (ICO), le Bureau civil international où officie Pieter Feith, l’émissaire spécial de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous