Le Courrier des Balkans

Ex-Yougoslavie : Goli Otok, un passé qui ne passe pas

| |

La Yougoslavie de Tito avait son « goulag », en l’occurrence l’île-prison de Goli Otok. Aujourd’hui encore, le sujet reste largement tabou. Rencontre avec Tiha Gudac, dont le film Goli vient d’obtenir le prix du meilleur documentaire au Sarajevo Film Festival.

Propos recueillis par Rodolfo Toè Courrier des Balkans (CdB) : Goli, ton dernier film documentaire, parle d’une histoire très personnelle, celle de ton grand-père Marijan, et de l’impact que sa détention à Goli Otok [l’Île nue] a eu sur ta famille. Comment as-tu eu l’idée de réaliser un tel travail, et pourquoi ? Tiha Gudac (TG) : Ce film est né presque par hasard, il y a six ans, quand des anciens détenus ont écrit à l’hebdomadaire Globus pour protester publiquement contre les déclarations d’un ancien membre du parti communiste qui cherchait à minimiser les tortures subies par les prisonniers sur l’île. Or, à ma grande surprise, parmi ces anciens (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous