Dangereuse zone de non-droit

Entre Kosovo et Serbie, le paradis des contrebandiers

| |

Comment lutter contre la contrebande, mais aussi le crime organisé ou le terrorisme, quand les relations entre la Serbie et le Kosovo sont toujours au plus bas niveau ? Entre les deux pays, il n’y pas d’entraide judiciaire, pas de coopération policière, et les zones frontalières sont toujours un paradis pour les contrebandiers.

Par Ivana Jeremić et Anđela Milivojević Le 25 décembre 2014, la police du Kosovo a arrêté Slobodan Gavrić, soupçonné d’être impliqué dans la préparation d’une attaque terroriste. Le vétérinaire, employé du ministère de l’Agriculture et de l’Environnement de Serbie, a été retrouvé avec près de 12,5 kilogrammes d’explosifs dans le coffre de sa voiture. Ce jour-là, Slobodan Gavrić a passé le passage administratif de Jarinje. La police a contrôlé ses documents sans inspecter le véhicule qui contenait les explosifs. Il a ainsi pu transporter 25 engins explosifs emballés dans des sacs plastiques jusqu’à Pristina. Ce matériel aurait été acheté à Belgrade peu de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous