Kathimerini

Entre Grèce et Turquie, une difficile « réciprocité religieuse »

| |

Depuis des années, Ankara promet la réouverture du séminaire orthodoxe de Halki, dans les îles des Princes, au large d’Istanbul. Néanmoins, le Premier ministre Erdoğan a mis en parallèle ce dossier avec celui des mosquées d’Athènes et de la situation de la minorité musulmane de Thrace. De quoi susciter la colère d’Athènes...

Par Panagis Galiatsatou Les déclarations de Recep Tayyip Erdoğan ont été perçues comme une provocation par les autorités grecques, car le Premier ministre turc évoque un principe de « réciprocité » pour envisager la réouverture du séminaire orthodoxe de Halki, pourtant promise à plusieurs reprises ces derniers mois par Ankara.Recep Tayyip Erdoğan affirme qu’en contrepartie, Athènes devra permettre la rénovation de deux mosquées et une libre élection des muftis à Thrace. Cette intervention du Premier ministre turc a été qualifiée de « contre-productive » par le vice-Premier ministre grec Evángelos Venizelos (PaSoK). S’adressant au groupe (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous