En Turquie, grève générale, deuil et colère

| |

Alors que le gouvernement turc pointe du doigt l’Etat islamique comme responsable de l’attentat d’Ankara, qui a fait au moins 97 morts et plus de 500 blessés samedi, des milliers de Turcs sont descendus dans la rue en signe de deuil mais aussi de colère contre le régime du président Recep Tayyip Erdoğan. La grève générale de deux jours appelée par des syndicats de gauche se poursuit ce mardi, tandis que le pays observe toujours un deuil national qui prendra fin demain.

Débrayages dans les usines, boycott de cours dans les universités, sit-ins, marches et minutes de silence : la grève générale a pris des formes diverses lundi à l’échelle de la Turquie. Dans certaines universités, les étudiants ont boycotté les cours ou les recteurs ont tout simplement annulé les activités de la journée. Certaines municipalités, et certains arrondissements d’Istanbul comme Sariyer et Kadıköy, ont emboîté le pas en mettant la clé sous la porte des administrations locales jusqu’à mardi. Alors que les obsèques des victimes de l’attentat d’Ankara se poursuivent ce mardi, les cérémonies funéraires se transforment souvent en manifestations contre (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous