Monitor

Emir Kusturica fait condamner Monitor : une atteinte à la liberté de penser

| |

L’hebdomadaire monténégrin Monitor juge sévèrement le verdict du tribunal de deuxième instance de Podgorica qui l’a condamné, aux côtés de l’écrivain Andrej Nikolaidis, à une amende de 12.000 euros, dans le cadre du procès en diffamation intenté contre eux par le cinéaste Emir Kusturica. En 2004, Andrej Nikolaidis avait publié un texte rappelant l’engagement constant du réalisateur aux côtés du régime de Milošević durant toute la guerre de Bosnie.

Par Kosara K. Begovic Voilà ce qu’ils ont inventé : « Le texte contient une série de mots insultants imputants au requérant d’être « stupide, laid et pervers ». En effet, Andrej Nikolaidis a écrit que l’entreprise de propagande de Milosević a produit les stupides, les laids et les pervers et que Kusturica était l’une des plus grandes vedettes médiatiques de l’époque. Mais il y a une légère différence. Les magistrats ont également estimé que « l’appartenance religieuse et nationale du requérant et ses résultats artistiques sont traités avec dérision ». Monitor a cent fois expliqué, et clairement prouvé, que le texte d’Andrej Nikolaidis ne dit rien sur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous