Monitor

Elevage au Monténégro : qui veut garder nos blancs moutons ?

| |

L’élevage va mal au Monténégro. Le cheptel n’est plus renouvelé, on brade les moutons dans les foires au bétail. Les éleveurs n’arrivent plus à trouver de bergers pour garder les troupeaux de moutons dans les pâturages de montagne au moment de la transhumance, sauf à les faire venir d’Albanie ou du Kosovo. Les salaires proposés ne sont pas très élevés, mais ils permettent tout de même de faire vivre une famille, alors que le chômage frappe massivement le Monténégro.

Par Sead Sadiković « On dirait qu’un salaire de plus de 300 euros, nourri et logé, est devenu insuffisant pour convaincre quiconque de passer cinq mois dans les katuni, les refuge des bergers dans les alpages », explique Muho Hajdarpašić, du village de Bihor. Il a lui-même été obligé de réduire de moitié son troupeau de moutons, qui comptait encore 300 têtes l’an dernier. « J’avais engagé un berger par l’Agence pour l’emploi, pour un salaire de 350 euros. On s’était mis d’accord pour que je lui paie les cotisations d’assurance sociale, mais l’homme m’a fait faux bond. Je n’ai pas pu trouver quelqu’un d’autre, ce qui m’oblige à vendre la moitié de mon (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous