Élections locales en Moldavie : « un vote sanction contre le gouvernement »

| |

Dimanche, les Moldaves élisent leurs 898 maires, mais aussi leurs 11 680 conseillers municipaux et départementaux en pleine crise politique. Accusé d’avoir falsifié ses diplômes, le Premier ministre libéral-démocrate Chiril Gaburici vient de démissionner, et l’on peut s’attendre à un vote sanction contre le gouvernement. Décryptage des enjeux du scrutin avec le politologue moldave Nicolae Toderaş.

Propos recueillis par Julia Beurq Le Courrier des Balkans (CdB) : Lors des élections locales de 2007, les partis pro-russes sont arrivés en tête. Lors de celles de 2011, ce sont les partis pro-européens qui les ont devancés. À quoi peut-on s’attendre pour cette année ? Nicolae Toderaş (N. T.) : Les scrutins comme celui de dimanche sont toujours difficiles à appréhender car il y a beaucoup d’éléments au niveau local qui entrent en jeu et qui ne sont pas forcément liés aux idéologies pro-européenne ou pro-russe. De mon point de vue, cette campagne électorale est très particulière, notamment à cause du contexte actuel. Deux choses vont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous