Jeta në Kosovë

Élections locales au Kosovo : les infortunes de la vertu

| |

Détournements de fonds publics, corruption, crimes de guerre : les candidats aux élections municipales du 3 novembre prochain ont souvent un pedigree chargé. Le PDK affirme que les procédures d’instructions ou les accusations ne sont pas des obstacles et que les maires sont récompensés pour leur bonne gouvernance, à moins que ce ne soit pour leur poids électoral...

L’actuel maire de Skenderaj, Sami Lushtaku (Parti démoratique du Kosovo, PDK), devrait officiellement briguer un nouveau mandat, même si, suspecté de crimes de guerre, il est aujourd’hui en détention provisoire. À Drenac, une autre commune de la Drenica, Nexhat Demaku (PDK) va se représenter, malgré des accusations d’abus de pouvoir. À Vushtri, le maire Bajram Mulaku (PDK), un homme « sage et sincère » selon le secrétaire du parti Basri Musmurati, est accusé d’avoir détourné une partie du budget de la commune en asphaltant des routes privées. À Dragash, Salim Jonuzi, accusé de transfert non autorisé de propriété collective, briguera lui aussi un deuxième (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous