Le Courrier des Balkans

Ederlezi : une comédie pessimiste au coeur du XXe siècle balkanique

|

Ederlezi retrace l’histoire, à travers le XXe siècle, d’un fameux orchestre tzigane composé de musiciens virtuoses, buveurs, conteurs invétérés, séducteurs et bagarreurs incorrigibles. Ils colportent leurs blagues paillardes, leurs aphorismes douteux et leurs chansons lacrymogènes de village en village. Velibor Čolić explique les chemins qui l’ont mené vers la famille Baïramovitch... Entretien.

Propos recueillis par Jean-Arnault Dérens L’orchestre sombrera dans les grands remous de l’histoire : englouti en 1943 dans un des camps d’extermination où périrent des milliers d’autres Tziganes, il renaîtra pour être de nouveau broyé par la guerre d’ex-Yougoslavie en 1993. Chaque fois, le meneur de l’orchestre, Azlan, semble se réincarner. On le retrouve finalement dans la « Jungle » de Calais en 2009, parmi les sans-papiers et les traîne-misère qui cherchent un destin aux franges de la modernité. Le Courrier des Balkans (CdB) : Vous racontez l’histoire d’un personnage qui apparaît à différents moment du XXe siècle, mais comment s’appelle-t-il (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous