Politika

Économie : pourquoi la diaspora n’investit pas en Serbie

| |

La Serbie ne parvient toujours guère à attirer d’investissements étrangers directs (IDE), et surtout ceux de la diaspora, qui représentent moins de 4% du total des IDE. Le gouvernement assure que cet axe constitue l’une de ses priorités et qu’il fait tout pour améliorer le climat des affaires. Si la Serbie réussissait à convaincre ses ressortissants émigrés d’investir, elle s’offrirait un confortable ballon d’oxygène. Les explications du ministre de la Diaspora, Srđan Srećković.

Propos recueillis par Aleksandar Mikavica Selon les statistiques de la Banque centrale de Serbie les transferts d’argent en provenance de l’étranger ont atteint 27,6 milliards d’euros de 2000 à 2010. La Banque mondiale avance une somme plus élevée, 29,4 milliards, tandis que d’après l’Agence pour les investissements directs étrangers et la Promotion des exportations, la Serbie a reçu 14,5 milliards d’euros. Les économistes considèrent que très peu d’argent envoyé par la diaspora a été investi dans les processus de production qui rapportent plus de revenus et permet la création de nouveaux emplois. Srđan Srećković, ministre de la Diaspora et des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous