Bosnie-Herzégovine : l’homophobie ordinaire, comme une évidence

Les trois-quarts des personnes LGBT de Bosnie sont victimes de harcèlement psychologique, une sur cinq de violences physiques. Les préjugés règnent en maîtres dans un pays où l’homophobie va de soi, comme une évidence. L’accablant constant d’une enquête menée par le NDI.

Par Rodolfo Toè (Avec RSE) - Victimes de discriminations et de préjugés, trois personnes LGBT sur quatre souffrent de violences psychologiques, une sur cinq d’abus physiques. La recherche sur les droits des LGBT dans les pays des Balkans occidentaux a été mené par National Democratic Institute (NDI), un think tank américain, proche du Parti démocrate, dirigé par Madeleine Albright. Les résultats de cette étude démontrent, de façon plutôt décourageante, comment les préjugés et les discriminations conditionnent toujours la vie de cette minorité. Seulement 10% de la population bosnienne déclare « connaitre des personnes LGBT », ce qui n’aide (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous