BIRN

Drogues : la « route des Balkans », plus active que jamais

| |

Corruption, manque de coopération entre les pays de transit, solides réseaux claniques et bonne coopération interethnique : le « cocktail » qui favorise le trafic de drogue par la « route des Balkans » ne change pas. Le Rapport mondial sur la drogue 2010 du Bureau des Nations unies sur la drogue et la criminalité souligne que 37% de l’héroïne afghane emprunterait cette route.

Le rapport se concentre largement sur la production et le trafic d’héroïne et de cocaïne en provenance d’Afghanistan qui empruntent « la route des Balkans » pour arriver jusqu’aux consommateurs d’Europe occidentale, le plus grand marché mondial pour l’héroïne. Les Balkans sont désignés comme l’une des routes principales pour le transit de l’héroïne, car les saisies en Europe du sud-est sont faibles, alors que la corruption, le crime organisé et le manque de coopération régionale sont des facteurs favorables au trafic. Les réseaux de la diaspora en Europe occidentale sont largement utilisés pour le transit par les pays des Balkans, et la coopération (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous