Slobodna Evropa

Discriminations : la Bosnie-Herzégovine devant la Cour européenne des droits de l’Homme

| |

Selon la Constitution de la Bosnie-Herzégovine, seules des personnes appartenant aux peuples bosniaque et croate peuvent être élues à la Présidence de l’État central, ainsi qu’un représentant de la Republika Srpska. Une discrimination flagrante pour les autres communautés de la Fédération qui sont dans l’impossibilité d’accéder à cette fonction. Pour tenter de modifier la Constitution, Jakob Finci, ambassadeur de Bosnie-Herzégovine en Suisse, qui appartient à la communauté juive, et Dervo Sejdić, militant rrom de Sarajevo, ont décidé de porter plainte devant Cour européenne des droits de l’Homme.

Par Žana Kovačević Alors que Damir Arnaut pense que la Bosnie-Herzégovine n’a pas d’arguments juridiques valides en matière de droit constitutionnel et international et que les requêtes de Jakob Finci et Dervo Sejdić sont fondées, Zikreta Ibrahimović, représentante de la Bosnie-Herzégovine devant la Cour de Strasbourg, est convaincue que les solutions constitutionnelles existantes sont bonnes. La Commission de Venise, en sa qualité d’amicus curiae, a également examiné cette affaire et a décidé à l’unanimité que les droits de Jakob Finci et Dervo Sejdić ont été violés. « Il ne s’agit pas simplement du fait que l’État bosnien est dans (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous