Osservatorio sui Balcani

Dépasser l’échec des accords d’Ohrid, ou comment être Albanais en Macédoine

| |

Écrivain et journaliste albanais de Macédoine, Kim Mehmeti dresse un bilan sans fard de la société macédonienne, de l’échec des accords d’Ohrid, de la décadence des partis albanais et de la situation culturelle de sa communauté. Pour lui, il est impératif de réformer les accords d’Ohrid, de poursuivre l’intégration des Albanais dans les élites sociales et politiques de Macédoine et de promouvoir un système éducatif qui fasse émerger des responsables intègres et éduqués. Une interview de Marjola Rukaj pour l’Osservatorio sui Balcani.

Propos recueillis par Marjola Rukaj O.B. : Quel importance revêt pour les Albanais la question du nom de la Macédoine ? KM : Aucune. C’est un problème purement macédonien, les Macédoniens doivent faire les comptes avec leur propre identité. Les Grecs exploitent leur faiblesse. En ce qui nous concerne, même si les Macédoniens se proclamaient Chinois, nous les soutiendrions de la même manière. Les peuples sont libres de choisir la communauté à laquelle ils veulent appartenir. Le problème est de définir le peuple macédonien, la langue macédonienne et ainsi de suite. J’ai appris, pendant mes études supérieures, que les Macédoniens descendent des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous