Osservatorio Balcani e Caucaso

De Maribor à Istanbul, pourquoi les révoltes populaires gagnent tous les Balkans (1/2)

| |

De Maribor à Istanbul en passant par Sarajevo, Zagreb, Bucarest ou Sofia, une onde de contestation ébranle depuis quelques années les élites politiques en place dans les Balkans. Au cœur des revendications populaires : la contestation des élites et de leur mauvaise gestion du bien commun. Qu’est-ce que ces mouvements spontanés nous disent de l’Europe du Sud-Est ? Premier volet de l’analyse du politologue Florian Bieber.

Par Florian Bieber, politologue, directeur du Centre d’études sur l’Europe du sud-est à l’Université de Graz (Ce texte a d’abord été publié sur le site du Council of European Studies) De Maribor à Istanbul, des révoltes ont ébranlé la vie politique de l’Europe du Sud-Est ces dernières années. Ces mouvements hétérogènes font eux-mêmes partie d’un phénomène de plus grande ampleur affectant l’ensemble du bassin méditerranéen. Certes, des mouvements sociaux ont fait parler d’eux sur toute la surface du globe : d’Occupy Wall Street aux États-Unis à la place Maïdan de Kiev. Retrouvez notre dossier : Vers un printemps des Balkans ? Toutefois, la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous