Vreme

Culture en crise en Serbie : le Théâtre national ou les pythies contre Thalie

| |

L’immobilisme du ministère de la Culture face à la crise qui touche les institutions culturelles de Serbie entraîne une vague de démissions au sein de leurs directions. Le conflit s’enlise au Théâtre national de Serbie après la départ de son directeur, Predrag Ejdus. Les problèmes financiers et structurels que doit affronter l’établissement rendent nécessaires des changements radicaux que personne n’ose entreprendre.

Par Sonja Ćirić Le Théâtre national compte 804 salariés, dont 58 employés à durée déterminée. Selon Predrag Ejdus, 305 personnes sont de trop et ce problème devrait être géré par l’État et ses spécialistes. Se référant au Code du travail, Nebojša Bradić réplique que c’est au directeur de procéder aux licenciements. Devant l’absence de code relatif aux travailleurs culturels, attachés au théâtre et plus particulièrement au Théâtre national, seul le Code du travail général, appliqué dans toutes les institutions, est valide. « Le ministre dit que le nombre de salariés du théâtre est bien adapté, mais que ceux-ci sont surtout des gens fainéants et sans talent. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous