Monitor

Culture au Monténégro : génétique, hasard ou corruption ?

| |

Au Monténégro, la culture ressemble étonnamment à un jeu des sept familles. Chez les Mićunović-Vojvodić, le père, Branislav, est ministre de la Culture, la mère Radmila, doyenne de l’Académie des Arts dramatiques et le fils Veljko, metteur en scène de 24 ans, ouvrira la saison du Théâtre national. Seulement, la corruption et la logique de clan qui dominent la vie publique monténégrine expliquent bien plus que la génétique la réussite de certains...

Par Milena Perović-Korać La nouvelle saison du Théâtre national monténégrin, débute cette année avec la première du Revizor, monté par le metteur en scène de 24 ans, Veljko Mićunović. Sa mère, Radmila Vojvodić, elle aussi metteuse en scène, doyenne de l’académie des Arts Dramatiques, directrice d’unité d’enseignement a ouvert la biennale monténégrine de théâtre quatre jours plus tard, avec la pièce Les estivants (Na ljetovanju). Le ministre de la Culture Branislav Mićunović, père de Veljko et mari de Radmila, également metteur scène, ancien professeur, clôturera la saison du CNP (Théâtre national monténégrin) avec la pièce Rêver du Saint Père de Cetinje (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous