Osservatorio Balcani e Caucaso

Culture : au bord du Danube, la čarda, bien plus qu’une auberge

| |

La « čarda », c’est une guinguette au bord de l’eau d’où s’échappent, la nuit, des notes de musique tsigane, c’est le lieu de rendez-vous discret des hédonistes et le symbole de l’unité plurielle de la culture balkanique - on trouve des čarda en Slavonie croate, en Voïvodine comme en Hongrie. L’anthropologue Svetlana Slapšak, grande figure du pacifisme et du féminisme, évoque ses souvenirs de čarda.

Par Svetlana Slapšak Empruntant une incroyable trajectoire linguistique typiquement balkanique, le mot Çardak, d’origine turque, est entré dans les langues hongroise, serbo-croato-bosniaque, bulgare, macédonienne et grecque. Il a plusieurs significations : tour, étage supérieur ou grenier, entrepôt, sécateur ou encore auberge de mauvaise qualité située le long d’une rue passante ou d’une rivière. Le mot Çarda désigne également la musique que les Roms hongrois jouaient dans ces auberges (les csardas) et qui est devenue, avec le temps, une danse hongroise… Il n’y a pas de meilleure façon pour décrire cette « unité plurielle » qui imprègne la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous