Novosti

Croatie : Vukovar, le cyrillique, la bourgeoisie comprador et « l’Europe civilisée »

| |

La « querelle du cyrillique » continue d’enflammer Vukovar, mais que révèle-t-elle ? Pour le philosophe Boris Buden, cette crise est symptomatique de l’attitude des élites croates qui, tout à leur désir de rejoindre « l’Europe civilisée », parlent l’anglais ou le « globish » comme marque de distinction, et méprisent profondément leur(s) peuple(s)...

Propos recueillis par Dragan Grozdanić Boris Buden est philosophe, essayiste et traducteur. Dans les années 1990, il a fondé la revue et maison d’édition Arkzin. Ses essais et articles portent sur des sujets liés à la philosophie, la politique et la critique culturelle et artistique. Il a traduit, entre autres, quelques-unes des œuvres les plus importantes de Sigmund Freud. Il vit et travaille aujourd’hui à Berlin. Novosti (N.) : Commençons par une question d’actualité : cela fait des jours que l’on manifeste à Vukovar contre les affichages en cyrillique, ravivant une rhétorique guerrière. La question que certains posent est : l’Europe (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous