Blic

Croatie vs. Serbie devant la CIJ : dangereuse politisation de la justice internationale

| |

« Je ne suis sûr que d’une chose : c’est que personne ne sera satisfait du jugement de la CIJ », affirme Maître Anto Nobilo, éminent avocat de Zagreb. Selon lui, la Croatie peut parvenir à prouver l’implication de Belgrade dans les crimes commis en Croatie, mais pas le génocide. Quant à la contre-plainte déposée par la Serbie, elle a bien peu de chances d’aboutir. Face à la politisation de l’affaire, l’avocat demande de laisser la justice faire son travail.

Par Mira Šuvar « L’acceptation de la plainte croate par la CIJ a provoqué en Croatie une incroyable euphorie et de grands espoirs, alors qu’il ne s’agit que d’une décision technique de la Cour pour régler le conflit. En se déclarant compétente, la Cour ne préjuge pas du succès ou de l’échec de la plainte. À titre personnel, je pense que la Croatie, à la différence de la Bosnie-Herzégovine, n’aura pas de mal à prouver l’implication de la Serbie dans le conflit, car le Corps d’armée de Novi Sad a directement opéré sur le territoire de la Croatie. En revanche, elle aura des difficultés à prouver le génocide car, fort heureusement, il n’y en a pas eu. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous