Osservatorio Balcani e Caucaso

Croatie : une politique des grands travaux pour sortir de la crise ?

| |

La dette extérieure de la Croatie atteint désormais 47,4 milliards d’euros, tandis que le nombre de chômeurs s’élève à 294 877 (17,3 %). La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a, quant à elle, revu à la baisse ses estimations sur la croissance nationale avec un PIB chutant de 1,2 %. C’est dans ce contexte peu encourageant que la Croatie se prépare à intégrer l’Union européenne, dans moins d’un an, le 1er juillet 2013. L’analyse de Drago Hedl.

Par Drago Hedl Au début de son mandat, le très optimiste ministre des Finances, Slavko Linić, qui avait annoncé une croissance du PIB – fût-elle minime – de 0,8 % pour 2012, a reconnu que le cycle d’investissements annoncé avait pris du retard. Ce serait un succès, selon lui, si 2012 se clôturait avec un taux de croissance égal à zéro pour la Croatie. Pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en décembre dernier, le gouvernement de centre gauche dirigé par Zoran Milanović a officiellement annoncé que la Croatie avait besoin de l’aide du Fond monétaire international (FMI). « Nous ne pouvons régler nos dettes qu’en nous endettant à nouveau. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous