Osservatorio Balcani e Caucaso

Croatie : un vent de révolte qui souffle encore plus fort que la bora

| |

Citoyens révoltés rassemblés via Facebook, jeunes anticapitalistes, vétérans de guerre : les manifestations se suivent mais ne ressemblent pas toutes. Chaque soir ou presque, des milliers de personnes défilent dans les rues de Zagreb, et d’autres villes, comme Split, Rijeka, Pula ou Osijek, exigeant le départ de la Première ministre Jadranka Kosor, et du gouvernement HDZ. Les manifestants brûlent des drapeaux européens, mais la cohérence politique du vent de révolte qui souffle en Croatie n’apparaît pas encore clairement.

Par Drago Hedl « HDZ voleur, vous avez dépouillé la Croatie », « Jadranka, va-t-en » : ces cris résonnent presque chaque soir, depuis quelques jours déjà, dans les rues de Zagreb, où des milliers de personnes, notamment des jeunes mobilisés via Facebook, demandent de plus en plus fort le départ de la Première ministre Jadranka Kosor et de son parti, l’Union démocratique croate (HDZ). Zagreb a inspiré aussi d’autres villes, comme Split, Rijeka, Osijek ou Pula. Les manifestants ne cèdent pas. Bien au contraire, leur nombre croît de jour en jour. On ne déplore pas d’incidents jusqu’ici, à part quelques blessés lors de confrontations avec la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous