h-alter

Croatie : le tourisme de croisière, une arnaque économique, une catastrophe écologique

| |

Un paquebot de 3000 voyageurs pollue plus que 12.000 automobiles, et les retombées économiques sont très faibles : les croisiéristes ne consomment guère qu’à bord de leurs « villes-flottantes ». Malgré des contre-exemples comme Venise, ou bien la situation déjà chaotique qui prévaut à Dubrovnik, le gouvernement veut attirer encore plus de méga-navires. La construction de deux nouveaux quais a commencé à Split, sans aucune étude d’impact environnemental.

Par Ana Kuzmanić Conformément à la Stratégie de développement du littoral, adoptée lors du Conseil des ministres de fin juillet 2014, le port municipal de Split va s’orienter vers le transport de passagers et l’accueil de paquebots de croisière. Alors que la stratégie n’a été adoptée qu’en juillet, un contrat de plus de 23 millions d’euros avait été signé quelques mois auparavant, prévoyant la construction de deux quais extérieurs destinés à accueillir des paquebots de croisière, financée par des crédits de la Banque Européenne de Reconstruction et d’Investissement (BERD). Sur ces quais pourront s’amarrer des paquebots de croisière de 270 à 320m, avec une (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous